Etude "La diffusion musicale des artistes professionnels dans les lieux de musiques actuelles de la FEDELIMA, du RIF et du SMA en 2011"
Mercredi 04 Avril 2012

Cette étude est pilotée par La FEDELIMA (Fédération des lieux de musiques actuelles) en partenariat avec le RIF (Réseau en Île-de-France), le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) et le CNV (Centre National de la chanson des variétés et du Jazz).

1 - Problématique générale de l’étude

1.1 - Le contexte :

Les lieux de musiques actuelles ont vu, depuis une vingtaine d’années, leur projet artistique et culturel fortement évoluer en lien avec leur environnement territorial et au regard des mutations technologiques, économiques et politiques.

Le travail d’observation qui posait dès le départ une diversité des projets et des approches artistiques, a mis en lumière des tendances de développement des projets artistiques et culturels des structures dont la montée en charge d’activités complémentaires telles que l’action culturelle, l’accompagnement des pratiques, la répétition,… sans que pour autant la l’axe diffusion ne soit réduit.

Cette évolution des projets, principalement liée aux besoins des populations pris progressivement en compte dans les politiques publiques territoriales et nationales, conduit les lieux à un positionnement identifié comme intermédiaire, tiers secteur ou « d’un monde du milieu », relevant pour une grande part d’une économie sociale et solidaire mais se heurtant au clivage public/privé et à la domination de l’économie de marché concurrentielle accentué par les réglementations et directives européennes.

Parallèlement les transformations successives des technologies de l’information avec l’étape déterminante de la dématérialisation accélérée des supports modifient profondément la place et l’enjeu économique, culturel et artistique du live/concert dans une filière qui se recompose avec des tensions plus lourdes entre les différents modèles économiques de développement oligopolistiques, publics et d’économie sociale et solidaire.

La prééminence encore plus avérée des processus de concentration financière fait peser un risque d’uniformisation de l’offre et une mise en danger de la diversité.

Existants aux côtés des Arénas (stades adaptables au spectacle vivant aux capacités pouvant aller jusque 40 000 places), des Zéniths (jusque 10 000 places), les lieux de musiques actuelles qui pour une part d’entre eux se retrouvent désormais dans un label d’Etat, « scènes de musiques actuelles », et sont amenés à jouer un rôle encore plus déterminant dans la sauvegarde de la diversité artistique et culturelle par leur positionnement artistique, éthique et politique.

Leurs projets artistiques et culturels s’inscrivent dans l’intérêt général et sont soutenus de ce fait par les collectivités publiques qui elles-mêmes tendent à porter des initiatives via des Etablissements publics.

Globalement l’intervention publique se fonde à la fois dans l’affirmation des expressions, de la dignité et des cultures des personnes d’un territoire dans « un vivre ensemble harmonieux » et « la nécessité de l’intervention de la puissance publique en faveur de la diversité artistique et culturelle dans le secteur des musiques actuelles, ainsi que du soutien à l’émergence et au renouvellement des formes dans le respect de l’équité territoriale »[1].

C’est ainsi que les contraintes liées à la programmation artistique sont devenues multiples et posent la nécessité d’étudier de plus près l’activité de diffusion dans les lieux Fédurok et FSJ et d’analyser ce qui la caractérise.

1.2 - Les objectifs et les hypothèses :

Cette étude a pour objectifs premiers :

  • d’approfondir notre connaissance de la diffusion des lieux dans les musiques amplifiées/actuelles, d’un point de vue quantitatif.
  • de proposer un paysage actuel de la diffusion et son analyse, via 2 entrées principales :
    • Les artistes et groupes programmés sur une année (affiner : artistes étrangers/français/locaux ; professionnels, amateurs, en émergence, issus de pré production, etc.)
    • L’économie de la diffusion
  • de permettre une analyse qualitative de la programmation et de sa place dans les projets des lieux.
  • de générer une meilleure appropriation collective de ce champ d’activité : quelles réalités, quelles contraintes, quelles interactions avec les professionnels de la production ?
  • de proposer des réponses aux problématiques soulevées par cette analyse
  • de permettre une lecture analytique et argumentée de cette activité, de ses enjeux, et ses besoins minimums et/ou en fonction de différents développements proposés.
  • de nourrir une réflexion et une analyse plus globale sur la diffusion musicale dans le champ des musiques amplifiées / actuelles.

Il faut d’ores et déjà anticiper le fait que ce travail d’analyse puisse être mené en 2 temps. Une première phase s’attachera à analyser quantitativement la diffusion. Une deuxième phase, qui pourrait être planifiée sur 2012/2013 aurait pour objectif de poser une analyse beaucoup plus qualitative de la programmation (type et statut des artiste, esthétiques, etc.), par la réalisation de monographies et d’entretiens semis-directifs avec des programmateurs, tourneurs, producteurs…

2 – Comité de pilotage et partenariat :

Le lancement de cette étude sur la diffusion des lieux de Musiques Amplifiées et Actuelles début 2011, ayant croisé l’intérêt et les attentes de différentes autres organisations inscrivant leur action dans le champ des musiques actuelles, il a été décidé de proposer à ces dîtes organisations de la réaliser en partenariat. Ce partenariat doit permettre à la fois d’élargir le spectre des lieux étudiés tout en réunissant et partageant le plus largement possible les attentes de ces mêmes organisations au regard de l’objet d’étude.

2.1 - Les partenariats :

Un premier partenariat a été acté courant 2011 avec le Centre National des de la chanson des Variétés et du jazz (CNV). Le CNV, reste un des partenaires principaux de La Fédurok et les principes de coopération entre son centre de ressource et La Fédurok sur le champ du travail d’observation est effectif depuis de nombreuses années que ce soit méthodologiquement ou concernant la transmission et l’échange d’information entre les deux structures. Ces principes sont inscrits dans la convention triennale passée entre le CNV et La Fédurok. De plus, le CNV, de par ses missions autour de la gestion de la taxe sur les spectacles et des informations qu’il capitalise sur le sujet de la diffusion via les questionnaires de demande d’aides au spectacle, reste un organisme et un partenaire incontournable quant au suivi et à la réalisation d’une telle étude.

Suite à ce premier partenariat, différentes organisations ont montré leur intérêt pour participer activement à cette étude :

  • La Fédération des Scènes de Jazz (FSJ) dans le cadre du travail commun enclenché avec La Fédurok sur le champ de l’observation depuis plusieurs années maintenant.
  • Le Syndicat des Musiques Actuelles (SMA) dans le cadre d’un besoin de connaissance de l’activité de diffusion de ses propres adhérents et la mise en place d’un dispositif pérenne d’Observation Participative et Partagée interne au syndicat.
  • Le Réseau Île-de-France (RIF) dans le cadre d’actualisation de données dans la continuité de deux études réalisées en 2008 et 2009 sur le sujet de la diffusion.[2]

Une proposition de partenariat à été faite courant juin-juillet 2001 auprès des coordinateurs et techniciens de ces différents organisations. Leur accord pour participation à cette étude doit être validé par leur différente gouvernance courant septembre 2011.

2.2 – Le comité de pilotage :

Le comité de pilotage a pour principale fonction de suivre le bon déroulement de l’étude, soit la définition et la tenue du cahier des charges (objectifs, méthode et calendrier), les méthodes d’enquêtes utilisées, et de recueillir les attentes des différents partenaires en termes d’analyse…

Il s’agit d’une espace d’échange et de prise de décisions au regard des propositions et préconisations posées par les personnes en charge du cadre opérationnel de l’étude.

Il est proposé que chaque organisation puisse être représentée au sein du comité de pilotage de l’étude par, au minimum, un administrateur (membre du conseil d’organisation) et un permanent (coordinateur ou personne ayant à charge le suivi et la réalisation d’étude ou de travail d’observation).

De plus, et au regard de la complexité de l’objet d’étude il est proposé de pouvoir associer au comité de pilotage des personnes ressources et experts ayant pour fonction d’objectiver le travail réalisé tout en apportant leurs compétences et un regard distancié dans le cadre de l’analyse et de la rédaction du rapport final.

3 - Panel des structures étudiées :

La population observée concernée par cette étude est restreinte aux lieux de diffusion de musiques amplifiées/actuelles (les festivals n’entrent pas dans le panel des structures étudiées) ayant une activité de diffusion régulière et membres des réseaux/organisations partenaires de l’étude.

Soit en dé-doublonnant les structures membres de plusieurs des organisations partenaires, un total de 153 lieux de diffusion répartis sur l’ensemble du territoire français. :

  • 92 lieux de diffusion adhérant à La Fédurok
  • 28 lieux de diffusion adhérant à la FSJ
  • 12 lieux de diffusion adhérant au SMA
  • 22 lieux de diffusion adhérant au RIF

Un listing complet ainsi qu’une répartition spatiale cartographique des structures concernées par l’étude doivent être élaborés. Le listing nominatif permettra d’éliminer les doubles comptes d’appartenance à plusieurs organisations. En effet, une structure adhérente à la fédération nationale Fédurok peut également être membre du syndicat SMA et/ou du réseau territorial RIF.

4 - Méthodologie et protocole d’enquête

L’un des objectifs de cette étude reste de pouvoir recueillir des informations portant sur l’activité de diffusion de concerts des lieux de musiques amplifiées/actuelles. La diffusion de concerts reste un champ d’observation très peu étudié, il a été décidé d’avancer prioritairement sur le recueil des informations quantitatives indispensables à l’analyse économique de la diffusion. Pour ce faire, cette étude va s’appuyer sur une méthode quantitative de recueil d’informations par questionnaire.

4.1 – Le recueil d’informations par questionnaires (Commission 7 du CNV) :

L’objectif de l’étude est de pouvoir recueillir pour chaque structure un ensemble d’informations pour chaque artiste programmé et donc concert organisé.

Le recueil d’informations date à date permet, en effet de réaliser une analyse beaucoup plus fine de l’activité de diffusion souvent contrainte à analyser des données totales de fin de saison communiquées par les structures, mais qui ne sont que des sommes limitant le retraitement ultérieur des données.

Pour cela, il a été décidé de s’appuyer sur un questionnaire type produit par le CNV, rempli par les structures souhaitant réaliser une demande d’aide la diffusion de la commission 7 (Activité des salles de spectacles).[3] En effet un partie importante du panel des lieux de l’étude ont effectué une demande d’aide au CNV en 2010 et ont donc déjà rempli ce questionnaire et saisi dans l’onglet « 3 – Saisie Programmation » la totalité de leur programmation. Il s’agit là, sous réserve de leur accord, d’éviter de demander aux structures de communiquer à nouveau des informations qu’elles ont déjà transmises par ailleurs. Et de surcroît, de bénéficier de la première mise en cohérence des données effectuée par l’équipe du CNV dans le cadre d’une étude en cours sur la diffusion des salles (Cf présentation des objectifs en Annexe).

Liste des variables intégrées au tableur de saisie de la programmation en synthèse :

CONTENU DE LA GRILLE DE PROGRAMMATION DATE PAR DATE & FORMATION PAR FORMATION
Grille actuelle de la commission 7 du CNV (à ajuster si nécessaire)  
     
Liste des champs à renseigner Type de réponse Exemple
Date Date 02/01/2010
Type d'utilisation Liste de choix unique 1 PROD
Date Hors les murs ? OUI=1  
Nombre de représentations payantes Numérique 1
Nombre de représentations gratuites Numérique  
Jauge utilisée (nb max) Numérique 450
Prix plein tarif des représentations Monétaire 15 €
Nombre d'entrées payantes Numérique 300
Nombre d'entrées exonérées Numérique 45
Total billetterie HT Monétaire 3 800 €
Fréquentation des représentations gratuites Numérique  
Nom du spectacle ou de la formation Texte The Ine
1ère partie ? OUI=1 1
Nbre d'artistes Numérique 3
Genre de spectacle (Champ CNV) Liste de choix unique 2 4
Genre de spectacle (Hors Taxe CNV) Liste de choix unique 3  
Type de contrat Liste de choix unique 4 CC
Nb d'artistes engagés par la salle Numérique 0
Total des salaires chargés pour les artistes engagés par la salle Monétaire 0
Nom de l'employeur de l'artiste (autre que la salle) Texte MAPROD
N° de licence 2 Texte 750142
Montant HT Contrat de cession Monétaire 1 500 €
Montant HT Part de coréa/coprod Monétaire  
     
Type d'utilisation Liste de choix unique 1  
Production et coproduction PROD  
Location de la salle LOC  
Mise à disposition gratuite MAD  
     
Genre de spectacle (Champ CNV) Liste de choix unique 2  
Chanson 1  
Comédie musicale 2  
Jazz et musiques improvisées 3  
Pop-Rock et assimilés 4  
Rap, Hip-Hop, Reggae et assimilés 5  
Musiques électroniques 6  
Musique traditionnelle 7  
Humour (musical ou non, sketches, one man show) 8  
Attractions visuelles et autres… 9  
Musique du monde 10  
Cabarets, revues 11  
Autres genres musicaux 12  
     
Genre de spectacle (Hors taxe CNV) Liste de choix unique 3  
Musique classique, lyrique… M  
Théâtre T  
Danse D  
Cirque C  
Autre Z  
     
Type de contrat Liste de choix unique 4  
Engagement CE  
Coproduction CP  
Coréalisation CR  
Cession CC  
Pas de contrat (amateurs) PC  
Inclus dans un autre contrat IN  

 

Le CNV, en tant que partenaire de l’étude, pourra communiquer à La Fédurok ces informations pour les lieux du panel dont il dispose des informations.

Pour les structures restantes (celles n’ayant pas effectué de demande d’aide au CNV et n’ayant donc pas rempli ce questionnaire), il a été décidé que chaque organisation partenaire prenne en charge l’animation du remplissage du questionnaire/tableur de la commission 7 pour ses membres et en recueille les informations. Ces dernières seront ajoutées aux informations déjà communiquées par le CNV.

Il semble ainsi possible de recueillir les informations ayant trait à la diffusion pour une grande majorité des structures du panel de l’étude.

4.2 – Plage de l’exercice des informations récoltées :

La plage de l’exercice des informations récoltées concerne les données d’activité diffusion 2011 (du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2011).

4.3 – Analyse et rédaction du document final :

Le travail d’analyse et de rédaction du document final pourra être confié à un chargé de mission sous la responsabilité du comité de pilotage et/ou réalisé par des permanents des différentes organisations partenaires. Le comité de pilotage aura pour tâche de définir au regard des opportunités financières de réalisation de l’étude le scénario le plus adapté.

Il semble cependant important d’intégrer le fait que la réalisation de ce travail d’étude par une seule et même personne, sous la responsabilité et en collaboration avec un ou plusieurs coordinateurs en lien avec le comité de pilotage reste un gage d’efficacité et d’efficience quant à la tenue du cahier des charges.

Des pistes sont d’ores et déjà explorées en ce sens et devront être étudiées par le comité de pilotage lors de sa première réunion en septembre 2011.

 

5 - Calendrier

Le calendrier fixé ci-dessous reste une proposition de déroulé et peut être amené à des modifications au regard des échanges et phasage calendaire des différentes organisations partenaires au sein du comité de pilotage. Ce calendrier sera à valider et arrêter lors de la 1ère réunion du comité de pilotage de l’étude.

Juillet - août 2011 :
  • Rédaction du cahier des charges de l’étude
Septembre 2011 :
  • Réunion technique (méthodologie protocole et process du partage de recueil de l’information au près des membres des organisations)
Octobre - novembre 2011 :
  • Participation au groupe de travail CNV « Indicateurs lieux de diffusion » N°1
  • 1ème réunion du comité de pilotage
  • Information des adhérents membres des différentes organisations partenaires de l’étude et sensibilisation aux objectifs de l’étude
  • Demande d’autorisation auprès des structures participants à l’étude de transfert de données (Tableur Com 7 2010) par le CNV aux responsables des organisations partenaires
  • Recueil des questionnaires renseignés par les lieux n’ayant pas effectués de demande d’aide au CNV
Décembre 2011
  • Participation au groupe de travail CNV « Indicateurs lieux de diffusion » N°2
  • Transmission du questionnaire des données d’activité diffusion 2010 auprès du panel de lieux n’ayant pas effectué de demande d’aide au CNV
  • Transmission des informations de données d’activité diffusion déjà récoltées par le CNV à La Fédurok
Janvier - février 2012 :
  • Nettoyage, traitements statistiques et analyse des données
  • 2ème réunion du comité de pilotage
  • Participation au groupe de travail CNV « Indicateurs lieux de diffusion » N°3
  •  
Mars - avril 2012 :
  • 3ème réunion du comité de pilotage
  • Rédaction du document final
Mai 2012 :
  • Validation du rapport final par le comité de pilotage
  • Restitution de l’étude

 

6 - Annexes

Objectif et méthodologie de l’étude du CNV « Indicateurs lieux de diffusion »

Le CNV, dans le cadre de son centre de ressource mènent des travaux sur différentes thématiques en lien avec ses activités. Via l’activité de redistribution, des études sont réalisées sur l’économie des projets comme l’étude sur les « Indicateurs lieux de diffusion », issue des données recueillies dans les dossiers de demande d’aide à la diffusion de la Commission 7.

L’objet est d’analyser les grandes caractéristiques de l’activité de diffusion des salles de spectacles et d’en décrire au mieux les composantes (nombre de dates, fréquentation, recettes de billetterie, contrat de cession et d’engagement…), et ses variations en fonction de différents critères (jauge, contexte géographique, esthétique…). Certaines évolutions et éléments d’interprétation pourront être également dégagés avec bien entendu les précautions nécessaires liées à l’échantillon qui n’est pas forcément représentatif de l’ensemble des salles de spectacles spécialisées en musiques actuelles et variétés. La finalité de ce travail est de mettre en place un tableau de bord annuel constitué d’indicateurs pérennes permettant de répondre aux besoins de connaissances et d’informations des professionnels du secteur.

L’étude a commencé en avril 2011 par la collecte des informations de 2006 à 2010. Des vérifications et de nombreuses mises en cohérence ont été réalisées pour obtenir une source d’informations traitables. L’analyse des données est en cours et un premier état des lieux a déjà été réalisé. A partir du mois d’octobre 2011, les prochains résultats et étapes de l’étude seront soumises aux avis et remarques d’un groupe de travail CNV constitué de professionnels du secteur et de personnes qualifiées.



[1] Extrait du Cahier des charges et des missions SMAC- http://fsj.la-fedurok.org/documents/CC_SMAC_310810.pdf

[2] - « Les concerts de musiques actuelles an Île-de-France en 2008 et 2009 »




Articles::
Etude "La diffusion musicale des artistes professionnels dans les lieux de musiques actuelles de la FEDELIMA, du RIF et du SMA en 2011"
04 Avril 2012
Cette étude est pilotée par La Fédurok (Fédération de lieux de musiques ...


Etude "Les pratiques d'actions culturelles au sein des structures de musiques actuelles - Panorama chiffré et commenté issu d’une enquête menée auprès de réseaux du secteur (données 2011)"
17 Decembre 2011
Cette étude est portée par 4 fédérations nationales, 3 réseaux régionaux et 1 collectif ...


  Suivants >>